Témoignage de Jean-François MACQUIN, EMN 66

Pourquoi être actif dans BADGE et investir dans des Projets ?

Après une carrière passionnante et variée chez IBM, Rhône Poulenc, Aventis et enfin Sanofi dans l’Informatique et la Finance, le virus du « small is beautiful » m’a touché. Du rêve à la réalité.

Je suis convaincu que l’innovation, le développement est principalement l’apanage de petites structures très motivées acceptant le risque sans ménager leur peine et moins de gros ensembles qui finissent par perdre le cap. Il est intéressant de voir comment les « grosses entreprises » s’intéressent aux start-ups pour se ressourcer.

Combien de firmes puissantes ont disparu faute de s’être remises en question et de ne pas avoir appréhendé le sens du vent. Innover suppose d’avoir un peu faim. L’innovation dans l’industrie et les services germe avant tout dans des « cerveaux individualisés » et beaucoup moins dans les lourdes structures hiérarchisées. Un exemple encore proche de nous m’a toujours frappé : Steve Jobs souvent qualifié de visionnaire, a créé Apple le 1er avril 1976 à Cupertino. Le premier PC est né dans un garage. Aujourd’hui combien de millions de PC de tablettes et d’I-Phone à travers le monde !

Cette vision, pour ne pas dire croyance, m’a fortement incité à adhérer à XMP-BA dès 2009 et à y faire mes classes par le biais de Comité de Validation qui évalue les projets présentés. XMP est devenu BADGE (Business Angels des Grandes Ecoles) qui voit passer environ 350 projets par an pour en proposer une vingtaine à l’investissement de ses  adhérents …

J’ai aussi moi-même investi dans une dizaine de projet depuis juin 2011 dont 9 sont toujours vivants.

La qualité du porteur de projet est un élément clef pour la réussite de l’entreprise. Tout l’art est de détecter la qualité ou les qualités sans oublier les fragilités du porteur de projet !!

Notre rôle à BADGE avec tous les bénévoles est de comprendre et sélectionner les start-ups les plus prometteuses, les plus innovantes à court, moyen terme et d’accompagner les porteurs de projet sur plusieurs années. Cette aide est non seulement financière mais aussi sous forme de conseils et  aussi en apport d’expertise. De plus les adhérents de BADGE peuvent ouvrir les portes éventuellement à des réseaux professionnels que le porteur de projet ne pourrait atteindre facilement.

Les immenses compétences des adhérents de BADGE, leurs origines variées sont des atouts majeurs pour favoriser l’éclosion de ces fragiles petites structures.

Etre B-A c’est aussi être curieux, enthousiaste et intéressé par les sujets traités vis-à-vis de l’avenir. BADGE est une structure vivante, intellectuellement bien dotée où les sujets traités sont tournés vers un monde en construction.

BADGE offre ainsi une retraite active pour ne pas dire très active au service des jeunes entreprises.

Que rêver de mieux ?

Jean François Macquin (EMN 66)